— Parle, J'écoute.

Archive
Tag "mp3"

L’essor des nouvelles technologie peut être comparée à une révolution, d’un nouveau type certes, mais qui est caractéristique de son temps avec l’évolution d’Internet et son emprise sur le monde actuel.

Ces évolutions nous amènent à adapter voire changer nos modes de vie, de pensées.

On supprime un ami d’un clic (Facebook)
On suit des évènements en temps réel en étant à des milliers de kilomètres (Twitter)
On partage sa vie à au monde avec une photo ou une vidéo (FlickR, Youtube etc)

En somme, #On-fait-des-choses-tres-facilement-grace-aux-nouvelles-technologies

Comme toute révolution, c’est aussi une guerre d’idédologies qui amène souvent à changer, faire évoluer nos habitudes; Et rien ne semble épargner, pas même l’industrie du livre…

L’industrie du livre, et plus généralement tout le domaine de l’édition papier tendent à se dematerialiser. D’ailleurs, n’avez-vous pas déjà entendu parler d’ebooks, ereader ou tablette sur lesquelles vous pouvez lire vos romans ?

Dans le même tournant que la musique à l’heure du MP3

Malgré un attrait différent du grand public, nous sommes dans un cycle similaire au temps ou l’orientation de l’industrie musicale était dans le flou technologique entre :

  • la mort des supports traditionnels : K7, Vynil et CD

  • la naissance du mp3 et tout ce qu’il s’en est suivi en termes de plateformes (P2P, plateforme online type Deezer)

Le résultat… nous le connaissons tous : Faute de régulation tardive (et excessive), nous vivons majoritairement dans une anarchie de l’écoute et du téléchargement de la musique.

La situation actuelle pour les livres ?

Actuellement, l’offre légale pour les livres est encore beaucoup trop faible ou méconnue du grand public. Elle est d’ailleurs bien inférieure à l’offre illégale. Alors pour l’instant on entend que très peu les éditeurs se plaindre de la concurrence du téléchargement illégal.

Il existe bien plus de dix à vingt plateformes existantes et fonctionnant bien : Kindle (d’Amazon) encore sur la Fnac pour les plus connues. Néanmoins, les catalogues (surtout pour les œuvres françaises) sont bien restreints et représenteraient seulement 10% des oeuvres papier disponibles sur leurs sites ; Et forcément, les titres les plus demandés, les best-sellers.

Pour faire face, il y a donc à mon sens un gros enjeu autour de l’évolution des œuvres lecturales à travers le numérique.

C’est d’ailleurs ce qui se passe en coulisses avec de grosses oppositions qui se livre entre différents types d’acteurs:

  • Les bibliothécaires
  • Les éditeurs : On peut citer par exemple Gallimard Jeunesse qui annonçait en début d’année développer ses premières applications mobiles (sur iOs d’Apple) afin de continuer à innover et diversifier ses offres.
  • et autres acteurs tels qu’Apple ou Amazon qui serait d’ailleurs en train de développer un service d’abonnement mensualisé aux Ebooks.

Les plates-formes se multiplient, et c’est déjà un signe positif pour l’industrie du livre si elles s’améliorent et continuent de s’étoffer. C’est un marché qui mérite d’être exploré… et plus vite qu’on ne le pense pour plusieurs raisons :

  1. Pour ne pas subir tous les affres que connaît l’industrie musicale, les progrès doivent naturellement s’accélérer…
  2. Les lecteurs sont avides de lire sur les nouveaux supports, comme l’atteste : – par exemple le fait que sur l’Apple Store, aux Etats-Unis, le livre est le produit ayant connu la plus forte croissance au premier trimestre 2010 – les derniers résultats d’Amazon : « Amazon a marqué un jalon historique aujourd’hui [19/05/2011] en révélant que, maintenant, les ventes des e-books Kindle dépassaient tous les livres « papier » combinés… »
  3. Disposer de tous les avantages et innovations qui rendraient plus attractif nos lectures et l’industrie
  • L’avantage serait de pouvoir disposer d’une bibliothéque à portée de main (ou de clic), et à moindre de prix (normalement !)

  • Etre un élément de motivation pour les jeunes générations (Digital Natives), plus receptives aux nouvelles technologies

  • On pourrait aussi envisager différents modes de lecture tel que le Social reading – c’est à dire voir les avis, les critiques des gens à mesure d’avancement dans le livre. On pourrait très bien aussi lire à plusieurs ou faire interagir plusieurs acteurs vivants dans notre lecture à l’image des livres « dont vous êtes le héros »

  • Autant d’évolutions qui changeraient nos à priori sur la lecture et permettraient des interactions qui ne pourraient pas être possibles avec des livres imprimés
  • Et puis après tout, lequel est le plus écolo ?

Pour ma part, j’ai commencé les livres numériques via des applications iPad; un peu déroutant par rapport à mes habitudes “papier” mais qui a ses avantages – notamment dans mes prises de notes ou pour des lectures rapides…

Et vous, êtes-vous déjà prêt à passer ce cap ?

Read More